Danse Danse présente à nouveau un chef-d’oeuvre : The Eternal Tides/Résurgences oniriques de Legend Lin Dance Theatre

Une vague qui déferle sur la plage mue celle-ci en profondeur ; imbibés d’eau et de sel, les grains de sable retiennent l’empreinte d’un certain bouleversement.

On pourrait en dire autant de l’impact que laisse The Eternal Tides (Résurgences oniriques), la sublime nouvelle chorégraphie qu’a présentée la troupe Legend Lin Dance Theatre cette semaine au Théâtre Maisonneuve à Montréal. Pendant à une trilogie consacrée à la terre, au ciel et à l’être humain, c’est une œuvre qui rend hommage à l’eau – à l’océan et aux rivières, aux flux et aux marées. Autant de motifs aquatiques que l’extraordinaire chorégraphe Lin-Lee Chen transforme en métaphores de la vie et de ses cycles, puisant dans les rites et les mythes de son île natale pour créer une œuvre à l’aura vive, troublante et intemporelle.

© Michel Cavalca

Les marées évoquées dans le titre se déclinent en une suite de tableaux mouvants, représentant tour à tour les épisodes de la vie humaine – passant d’une genèse tourmentée à un amour éperdu, à une guerre débridée et enfin, à une communion fantasmagorique dans l’après-vie. Le tout dansé sur des chants et des rythmes anciens, interprétés à la lueur de chandelles par les musiciens présents en avant-scène et par la majestueuse Hsu Ching-Chwen, dont l’apparition sur scène est brève mais dont la voix lancinante accompagne chaque instant du spectacle.

© Michel Cavalca

Dans cette œuvre aux tonalités cérémonielles et méditatives, Lin Lee-Chen déploie une esthétique de la lenteur. Chaque mouvement est ciselé et chaque temps étendu, qu’il s’agisse des allées et venues processionnelles des danseurs le long des axes de la scène ou des éruptions de mouvement sauvage au centre. C’est en effet dans ces temps presque douloureusement longs que Lin Lee-Chen insuffle les tensions qui resteront avec le spectateur longtemps après la tombée du rideau : tensions entre dévotion et chaos intérieur, retenue et expression, éros et mort…

© Michel Cavalca

Dans ces lenteurs, il faut se laisser emporter. C’est à la fois un dépaysement total et un retour à la source que nous propose Lin Lee-Chen dans cette fresque mouvante aux profondeurs insondables et à l’époustouflante beauté. Voyage exigeant mais essentiel, qui nous emporte vers le large et nous ramène, finalement, à nous retrouver.

Auteure : Lara Bourdin

Image de garde : © Michel Cavalca

https://www.dansedanse.ca/fr/legend-lin-dance-theatre-eternal-tides

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :