OFFTA: À travers la lumière filtrée des corps

Les 7 et 8 juin derniers a été présentée lors du festival OFFTA une performance artistique où se mêlèrent corps nus de danseurs éclectiques, interaction silencieuse du public appuyée par des regards pesants et univers musical du compositeur Olivier Messiaen.

Sur scène, occupée par une piano à queue solitaire, deux danseurs lourdement vêtus débutent une chorégraphie saccadée sans son. Quelques minutes plus tard, les musiciens du quatuor les rejoignent, accompagnés de leur clarinette (Hubert Tanguay-Labrosse), violon (Grace Park), violoncelle (Valentin Bajou) et se positionnent autour du piano (Gaspard Tanguay-Labrosse). Les premières notes du Quatuor pour la fin du Temps retentissent.

C’est alors qu’une vingtaine de personnes arrivent sur scène. Quelqu’un se réfugie sous le piano, et y restera jusqu’au dernier acte de la performance. Les autres, nus, arpentent l’espace dévêtis et se meuvent au son du compositeur français.

Au milieu de l’amalgame de corps émergent les danseurs solistes. Alors que la lumière tamisée règne, des projections illuminent les deux premiers danseurs aussitôt nus, utilisant leur peau comme canevas de photons. Deux halogènes jaunes transpercent la noirceur et encadrent un moment d’une rare intensité : retenu prisonnier par une matière plastique, le danseur (Dave St-Pierre) tente de s’extirper, convulsé à une table, comme accroché invisiblement par ce médium atypique qu’il transporte de long en large et devient son propre instrument d’expression.

Les musiciens offrent une performance irréprochable de l’oeuvre de Messiaen. Chaque personne sur scène quitte progressivement pour ne laisser qu’un individu solitaire caché depuis le début du spectacle. Gardant la vue cachée jusqu’au bout, l’individu s’éclipse à tâtons et plonge l’audience dans une attente silencieuse. Après les applaudissements du public, nous découvrons les danseurs déambuler à travers le Centre Pierre-Péladeau, tâtonnant chaque recoin, comme pris dans l’univers musical dernièrement quitté.

Quatuor pour la fin du Temps, une production du Ballet-Opéra-Pantomime (BOP) en codiffusion avec le OFFTA (Festival d’arts vivants). Chorégraphie et performance de Karine Champoux, Dave St-Pierre, Frédéric Tavernini et Anne Thériault. Présenté les 7 et 8 juin 2017 à la salle Pierre-Mercure du Centre Pierre-Péladeau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :