Festival Bach Montréal : un « Prélude » prometteur

Le Festival Bach de Montréal fête ses 10 ans cette année et pour nous donner un avant-goût, la communauté montréalaise s’est régalée de la présence de l’Accademia Bizantina. Cet ensemble italien, reconnu mondialement pour leurs interprétations du répertoire des XVIIe et XVIIIe siècles, a su faire foi de sa réputation dans la soirée du vendredi 11 novembre.

Les spectateurs ont été chaleureusement accueillis à L’Église St-Andrew et St-Paul, un véritable bijou architectural datant du début du 20e siècle. Son intérieur bâti entièrement en pierre, ses imposants arcs ogivaux et son illumination ambrée n’a pas manqué de contribuer à la création de l’atmosphère parfaite pour transporter le public à une autre époque : celle de Johann Sebastian Bach. En effet, la combinaison de la musique avec l’ambiance générale de l’église faisait en sorte que les spectateurs pouvaient difficilement s’imaginer à Montréal pendant la durée des quatre concertos.

Dès leur rentrée sur scène, les artistes ont captivé le public avec une vive interprétation du Concerto pour violon, cordes et basse continue, en la mineur, BWV 1041. Tous les musiciens étaient habillés en noir à l’exception de la violoniste principale, Viktoria Mullova, qui portait une longue robe brune et qui était placée au milieu de la scène. L’artiste d’origine russe se démarquait particulièrement par sa maîtrise indéniable du violon et par sa capacité d’envoûter les auditeurs avec son interprétation des morceaux.

Suite à un court entracte, le directeur et claveciniste de l’ensemble, Ottavio Dantone, a continué sa tâche de guider remarquablement le dialogue entre les différents instruments. Sous sa formidable direction, l’ensemble a su mener les spectateurs à travers les différentes émotions des pièces qui restaient. La douceur du Siciliano du Concerto pour clavecin, cordes et basse continue, en mi majeur, transcrit pour violon en ré majeur, BWV 1053 a notamment amené les auditeurs à se perdre agréablement dans la mélodie qui était jouée devant eux.

La réussite totale du spectacle a surtout été scellée par le solo de Mullova lors de son retour sur scène suite à la fin du dernier Concerto. La mélodie ensorcelante de la violoniste n’a fait qu’éblouir le public et l’a laissé avec l’envie d’entendre plus de Bach. Heureusement, pour les spectateurs, ceci n’était qu’un « Prélude » du Festival qui ouvrira ses portes le 18 novembre !

Auteure : Andrea Saavedra

Festival Bach Montréal
du 18 novembre au 4 décembre 2016
http://www.festivalbachmontreal.com

Image de garde : © Festival Bach Montréal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :