Vers un monde enchanteur. Jægerbruden (Le Franc-tireur) à l’opéra de Copenhague

Fra Tyskland til en fortryllende verden, 

Jægerbruden (Der Freischütz) est un opéra de Carl Maria von Weber, écrit en 1817-1820 d’après un livret de Johann Friedrich Kind.

Transportés en Bohème au milieu du 17ème siècle, l’intrigue nous présente le jeune assistant forestier Max (Michal Schade), qui est amoureux d’Agathe (Gisela Stille). Elle est la fille du forestier principal, Kuno (Morten Staugaard), auquel Max aspire à succéder. Lors d’une compétition de tirs, Max se voit la victoire dérobée par un jeune paysan. S’en suit une humiliation écrasante par le village complet. Secoué et perdant confiance en lui, Max se laisse facilement influencer par Kaspar (Oliver Zwarg), qui le convainc d’utiliser des balles ensorcelées lors de la prochaine séance de tir. Kaspar, qui doit son âme au diable, espère s’en tirer en échangeant Max contre sa propre personne. Puisque la défaite de la compétition de tir retire à Max le droit d’épouser Agathe, celui-ci sombre dans la mélancolie. Entraîné par les incantations de Kaspar, Max réussi à tuer un aigle qui se trouvait à une très longue distance grâce à une balle ensorcelée. Il décide donc de retrouver sa dignité lors de la prochaine compétition en tentant sa chance avec les balles de Kaspar.

Jaegerbruden à Copenhague. @ Morten Abrahamsen

Jaegerbruden à Copenhague. @ Morten Abrahamsen

Agathe, accablée de prémonitions inquiétantes, ne peut laisser les encouragements de sa cousine Ännchen taire ses mauvais pressentiments. Suite à l’attente pleine d’inquiétude de Max, celui-ci annonce à Agathe qu’il n’est pas vainqueur mais qu’il a tué un chevreuil qu’il amènera à la vallée des loups la nuit venue. Agathe, qui est promise au vainqueur du concours, n’a que faire des préparations nuptiales. Kaspar et Max se sont séparé les sept balles ensorcelées, n’en laissant aucune libre pour la compétition. Max vise une colombe, mais les complices maléfiques de Kaspar dévient son tir, et Max vise Agathe, aussi blanche que la colombe dans sa robe de mariée. Protégée par sa couronne de mariée, elle n’est qu’évanouie par le tir et se remet de l’incident, à la surprise de tous. Voyant son plan échouer, Kaspar est emporté. Ayant presque assassiné Agathe, Max se voit retirer son droit de la prendre comme épouse. Un ermite prend sa défense et convainc le prince d’accorder une période de probation à Max, lui permettant d’épouser Agathe s’il vit sans commettre de fautes. L’opéra se clôt sur des chants de remerciement et de prière.

Jaegerbruden à Copenhague. @ Morten Abrahamsen

Jaegerbruden à Copenhague. @ Morten Abrahamsen

Univers complexe et intriguant, que le spectacle défend avec une mise en scène encore plus complexe et intrigante. Les décors sont grandioses, démesurés et pleins de surprise. Le jeu entre les décors, les projections et les lumières est parfait, et donne un dynamisme frappant à la scène. Un énorme montage montre parfois le mécanisme d’une montre, donnant un effet étourdissant et envoûtant, parfois le barillet d’un revolver qui nous fait suivre les tirs lancés, puis à d’autres moments se transforme par magie en différentes pièces tournantes d’un appartement. Les artistes y jouent et s’y déplacent en entraînant le public dans un autre univers, plein de jeux et d’étonnement. Cette utilisation de la scène est si poignante que le décor et les mouvements prennent presque plus d’importance que l’opéra lui-même. Des corbeaux dansant avec une telle grâce et agilité donnent un effet surréel à chaque acte, par leur représentation merveilleuse des mouvements animaux mêlée au dynamisme souple et léger des danseuses. Toujours surprenant, le décor nous fait aussi sursauter quand tout d’un coup le public comprend que ce qui paraissait une colline de débris est en fait des soldats fantômes, qui se lèvent soudainement. Tous ces effets de la mise en scène donnent véritablement vie au spectacle en ensorcelant le spectateur.

 

Auteure : Sandrine Reny

Image de garde : @ Morten Abrahamsen

Présenté à l’opéra de Copenhague jusqu’au 16 décembre 2016, plus d’information sur https://kglteater.dk/det-sker/sason-2015-2016/opera/jagerbruden/

København, Det Kongelige Teater 25/11/1015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :