Triptyque à la TOHU : de l’apesanteur dans la tête

« Le dialogue entre la vie humaine et l’attraction terrestre » (Samuel Tétreault)

La troupe des 7 Doigts de la Main nous prouve une fois de plus que le cirque est un art de versatilité où tout peux être utilisé comme inspiration et où toutes les formes d’expression sont permises. L’acrobatie était bien sûr au cœur des performances jeudi soir mais la musique, l’art scénographique et surtout la danse contemporaine étaient également mis à l’honneur. À l’occasion de cet évènement en trois temps réalisé en collaboration avec 3 chorégraphes de renom, on a pu découvrir que la danse est sans contredit une partenaire rêvée du cirque et ce tout particulièrement dans le cas de la troupe montréalaise.

Première pièce : Anne et Samuel

 Dirigée par Marie Chouinard, la première pièce met en vedette un duo d’artistes aussi professionnel que captivant. Samuel, co-fondateur de la troupe et artiste-phare de la soirée, fait une incursion plus que réussie dans l’univers de la danse contemporaine qui l’a de tout temps fasciné. Il est accompagné de la sensationnelle Anne Plamondon, danseuse émérite et codirectrice artistique de la compagnie RUBBERBANDance. Le numéro pourrait être considéré comme de la danse, si ce n’était de l’utilisation prépondérante d’un accessoire plutôt inhabituel, les béquilles.

Le décor et les costumes nous plongent dans un environnement bizarre, quasi post-apocalyptique. Samuel accroché à des béquilles qui rendent ses bras anormalement longs, presque comme des pattes avant, commence par délier Anne ligotée, inerte et suspendue par ses liens à un trapèze. Puis, ils commencent tous les deux à découvrir les possibilités qui s’offrent à eux. La puissance des corps des danseurs est indéniable et on peut voir rapidement la maîtrise qu’ils ont tous les deux sur le moindre muscle de leur corps. Mais leur mouvement fait penser qu’ils ne savent pas comment les utiliser, qu’ils n’ont jamais vu d’humain se déplacer. Ces deux êtres se seraient retrouvés dans des magnifiques corps humains qu’ils explorent comme si aucune règle n’existait. Plusieurs fois, leurs corps se transforment et ils prennent l’allure tantôt d’un cheval galopant, ou dans un moment saisissant et majestueux, Samuel utilise ses béquilles comme une extension articulée de ses bras pour simuler l’ondulation des ailes d’un oiseau. L’effet est magnifique de fluidité et de réalisme.

En plus des mouvements, les danseurs explorent les sentiments et les émotions humaines qui deviennent obsédantes pour eux plus leurs corps se touchent. Ils terminent dans une étreinte sensuelle où ils tournent l’un imbriqué dans l’autre, peau contre peau, dans une intimité qu’ils partagent avec le public grâce au tournoiement du sol en dessous d’eux.

Deuxième pièce : Variations 9.81

Cette séquence signée Victor Quijada, fondateur de RUBBERBANDance, se rapproche de ce à quoi on s’attend d’une performance de cirque. Plusieurs équilibristes se partagent la scène dans une succession de tours de force énergétiques sur leurs mains. Le nom de la pièce fait appel à la valeur de la pesanteur qui relie toute masse à une force qui les attire vers le sol. Samuel parle de cette force en disant que “la gravité est un défi permanent pour l’être humain. […] La vie humaine est un constant dialogue avec l’attraction terrestre. Marcher, sauter, danser, voltiger… Tous nos mouvements tendent à apprivoiser cette force qui nous maintient au sol”.

Cet effort est visible tout au long de la lutte qui oppose les artistes aux lois de la physique alors qu’ils tentent des acrobaties éprouvantes et parfois très inventives. À plusieurs reprises, les mouvements des acrobates nous transportent dans un univers de créatures marines surprenant. Au tout début de la pièce, ils incarnent tous une sorte de poulpe géant et plus tard, certains exécutent des ondulations avec leurs membres inférieurs qui rappellent le balancement d’anémones dans leur univers d’apesanteur.

Cette pièce est plus dynamique et urbaine. Surtout quand les trois hommes se retrouvent seuls pour un numéro où ils s’affrontent et tentent de prouver qui est le meilleur. Le numéro réunissant les deux filles du groupe est plus subtil et l’union de leurs forces lui donne une dimension solidaire touchante.

Les équilibristes de la pièce

Les équilibristes de la pièce « Variations 9.81 »

Troisième pièce : Nocturnes

La troisième et dernière partie de Tryptique, est de loin la plus renversante. Chorégraphiée à la perfection par Marcos Mauro, étoile montante de la danse contemporaine en Europe, la pièce est un mélange exquis entre cirque, danse, cinéma et musique. Elle doit son nom aux compositions si aériennes de Chopin qui entrent plus d’une fois dans la trame sonore.

Ici, on est projeté entre le rêve et la maladie mentale dans un univers en noir et blanc où Anne Plamondon parait être hantée par les membres des 7 Doigts de la Main. On débute dans un décor rappelant une chambre d’hôpital où une télévision crache des extraits sonores incohérents. Anne, dans un grand lit blanc, passe de l’abrutissement que lui inflige son écran à un état de nervosité extrême lorsqu’elle découvre les autres artistes cachés en dessous de son lit.

Cette pièce est tellement riche qu’on ne sait plus où regarder tant les éléments peuplent la scène et l’esprit. Le lit sur lequel reposait Anne devient une immense balançoire qui aplatit les artistes sur son passage. Puis il est utilisé comme filet d’un numéro de corde raide des plus original. Trois cordes partant des coins de la scène sont réunis au centre et tissés ensemble pour former une sorte de toile d’araignée dans laquelle les acrobates se glissent et s’entremêlent. L’effet est saisissant.

Le rêve vire aussi au cauchemar sur des extraits sonores de l’inquiétant film Psycho de Alfred Hitchcock accompagné d’effet de lumière froide et vacillante. Le lit est alors emmené dans les airs et une des équilibristes y croise un homme en masque de poisson qui glisse jusque sur la scène rejoindre d’autres hommes-poissons qui encerclent Anne Plamondon.

Plusieurs numéros en groupe restreint suivent dont celui d’un vétéran fou sur un monocycle, partageant la scène avec une magnifique danseuse pour un ballet désarticulé alors que sur son lit-perchoir, l’équilibriste observe la folie d’en bas. Quand le lit est enfin retourné sur terre, il prend part à l’action et s’attaque à ceux qui veulent s’en approcher. Des mains sortent du matelas pour attraper les membres des acrobates et les contraindre voire les retenir prisonniers.

Le dernier numéro et non le moindre est un numéro de jongleur de contact où un homme utilise des balles translucides qu’il fait bouger d’une façon totalement irréaliste. Elles paraissent immobiles, statiques comme tenues en place par une force surnaturelle, par magie. Le mouvement était si beau, si incroyable qu’il aurait pu ne jamais terminer. Pour finir, le jongleur redevient équilibriste et dans un effort aussi contrôlé que gracieux parvient à déployer ses jambes dans les airs en tenant sur ses bras. Il le fait en se battant toujours contre cette force maîtresse, la gravité, mais cette fois contre la force centrifuge aussi. Car pendant sa montée, il tourne sur lui-même à une vitesse impressionnante sur la petite table de chevet de notre rêveuse.

Ce spectacle illustre la richesse du cirque qui n’étant pas contraint à des éléments précis, peut emprunter aux autres arts de la scène pour s’enrichir comme c’est le cas ici avec la danse. Ces deux arts de la scène se sont magnifiquement entrelacés à travers la collaboration réussie entre les artistes toujours aussi créatifs des 7 Doigts de la Main et de trois des chorégraphes-phares de la danse contemporaine à l’heure actuelle. Le tout a donné lieu à une expérience riche en émotion et en émerveillement !

Extrait de Nocturnes, la troisième pièce du spectacle

Extrait de Nocturnes, la troisième pièce du spectacle

Auteure : Gabrielle Crétot-Richert

Crédit photographique : Alexandre Galliez

Le spectacle continue jusqu’au dimanche 25 octobre 2015 à la TOHU, pour plus d’informations : http://tohu.ca/fr/programmation/spectacle/2015-2016/triptyque/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :